La Montagne des singes

Publié le par Lghotti Nekmouche

"Cornélius rend visite à Dda Hemou, ce n’est pas une mince affaire pour un singe de venir de France en Algérie. Grâce à notre ami Lghotti Nekmouche, que nous remercions, ceci a été possible… !"

 

Cornélius l’Alsacien ne resta pas insensible à l’appel de son lointain cousin, Dda Hemou, le patriarche des singes du Djurdjura, il décida de venir au pays de son enfance. Après les tracasseries du voyage, billet d’avion, visa et autres formalités, voila notre ami Cornélius auprès de ses cousins kabyles au Djurdjura, montagne qui l’a vu naitre. Dda Hemou, le singe magot Rappelons que notre ami, de son vrai nom Lvachir a été kidnappé il y a de cela très longtemps par des touristes étrangers qui l’ont renommé Cornélius, en hommage au héros du film “la planète des singes”. Dda Hemou se souvient de ce douloureux événement, ils étaient amis et avaient le même âge. Lvachir est un singe brave, robuste et surtout téméraire, ce qui lui a couté son rapt. Orphelin de son ami et témoin de cette tragédie, Dda Hemou s’est assagi depuis et finit par devenir un leader aux capacités physiques exceptionnelles. Sa sagesse est reconnue par ses paires, il est écouté par ses congénères. L’accueil réservé à Cornélius est à la hauteur de l’hospitalité des montagnards .L’émotion des retrouvailles passée, les deux amis s’isolent et évoquent le temps passé, le temps présent et les perspectives d’avenir. Dda Hemou, taciturne, relate le conflit permanent opposant les villageois et les singes accusés à tord de destruction de leurs récoltes. Ce qui est totalement faux rétorque son hôte, souviens toi de la période ou ces gens étaient évacués de leur village par l’armée française, à leur retour, leurs maisons leurs arbres fruitiers et tout ce qui faisait leur village était là, les singes n’ont rien saccagé. Ce sont des arguments fallacieux enchaine Dda Hemou, chaque jour ils grignotent un peu plus de notre territoire, nous repoussant vers les sommets ou nous ne trouvons pas de quoi nous nourrir, * nous finirons par disparaitre. Au delà du comportement indigne de ces villageois égoïstes voulant à tout prix protéger leurs récoltes, nous subissons de nos jours une invasion de touristes ignorants, indisciplinés, polluant notre environnement. Notre communauté est réduite à quémander sa nourriture auprès de ces touristes “ignorants” qui par mégarde à modifier notre régime alimentaire. Des maladies telles l’obésité et le diabète sont apparus. Nos singes sont devenus fainéants, ne chassent plus et préfèrent déambuler entre les touristes et se faire photographier. Mon cher ami voilà résumée rapidement notre vie au Djurdjura, parle moi de l’Alsace. En Alsace les choses sont bien différentes, nous avons une montagne à nous appelée “la montagne des singes”. La vie est agréable, les visiteurs disciplinés, respectant les recommandations des administrateurs de ce site. Les circuits sont balisés et il est interdit de donner à manger aux singes. Nous subissons périodiquement des visites médicales ce qui est désagréable. Imagine toi tous les prélèvements sanguins que nous subissons, les piqures, je les ai en horreur. En vérité, je préfère la vie sauvage que vous menez ici, ne survivra que l’individu sélectionné par la nature. Dda Hemou, de son coté, fatigué de la misère et des déboires subits au quotidien souhaite à son tour entreprendre un voyage en Alsace et pourquoi pas finir ses jours là bas Venir en touriste, voir comment nous vivons, c’est possible mais finir tes jours en Alsace, c’est compliqué. Il faut des papiers et toute une procédure administrative qu’un singe ne peut accomplir. C’est ici au Djurdjura que les choses doivent changer. Le singe Magot est une espèce animale protégée en Algérie, il y aura bien un jour des individus, qui feront bouger les choses, ne perd pas espoir. Le séjour de Cornélius au Djurdjura, a été des plus agréables et c’est avec beaucoup de plaisir et de nostalgie qu’il a revisité sa terre natale

Lghotti Nekmouche , 07/2016

Publié dans EchoLogique, L.Nekmouche

Commenter cet article