Le mythe kabyle

Publié le par Lghotti Nekmouche

Avec la réussite que connut l’école française à son instauration en Kabylie dans les années 1880 est né le mythe kabyle, est ce une illusion ou une réalité ? Les Français, à la prise de la Kabylie ont découvert une société organisée, disciplinée et régie par les lois du village émanant d’une assemblée (tadjmait), que nul n’osait outrepasser. Très vite, ils comprennent que pour gérer au mieux une région aussi belliqueuse que la Kabylie, il fallait s’appuyer sur l’organisation déjà en place au niveau des villages et douars. Méfiants, les Français (les militaires) désignent les représentants des villages et douars, des personnages déjà pretes à la compromission, c’en est fini de Tadjmait pré coloniale, connue pour ses valeurs démocratiques. Le succès de la scolarisation ajouté aux représentations stéréotypées coloniales de la société kabyle, ont suscité un fantasme "le mythe kabyle", phénomène en total décalage quant à l'adhésion des kabyles à ces représentations. L'exaltation et la fantasmatisation du kabyle crédité de toutes les qualités déniées à l'arabe, font de ce dernier le "bon indigène". Le mythe kabyle s'articule sur des oppositions binaires comme. arabe/kabyle, nomade/sédentaire, sémitisme/origine nordique, oligarchie/démocratie.....Les administrateurs civils, les militaires et les missionnaires réussirent à convaincre le colonat français.de ce fait.

L.Nekmouche

Commenter cet article