La grotte de la momie (le Macchabée) du Djurdjura.

Publié le par Ali N. (de Beni-Yenni)

"C'était en juillet 1940. Pour récompenser les élèves d'un beau travail pendant l'année, le corps professoral avait eu l'agréable Idée de nous offrir une promenade à la montagne. Objectif précis : grotte dite "de la Momie ". Le jour du départ, nous étions très nombreux au rendez-vous. Ce fut d'abord les préparatifs : il faut penser aux couvertures, aux vivres, etc. Départ dans l'après-midi, On passe par la rivière, à Asaka, et on en profite pour prendre un bain, après quoi, c'est moins drôle, il y a la côte affreuse des Aït-Mangellat pour atteindre le gîte d'étape, Ouaghzen. A la nuit tombée, on soupe et ensuite le feu de camp avec ses saynètes variées et toutes joyeuses où Roland et Mazari déployèrent ce soir-là tous leurs talents d'artistes. Ce fut un beau succès. Le lendemain nous montions à Michelet où un car nous attendait qui nous déposa bientôt à peu de distance de la fameuse grotte. Nous continuâmes à pied. Quelle joie à l'approche de la belle montagne du Djurdjura : de temps en temps nous lancions un chant; de jolis ruisseaux couraient au pied des rochers; nous "cassâmes la croûte" au bord de l'eau chantante, puis, l'un derrière l'autre, ce fut l'escalade par un chemin — hem ! Un chemin ! — qui montait droit sur l'entrée de la caverne : au-dessus de nous des troupeaux de singes s'enfuyaient : quelques-uns parmi nous criaient pour les effrayer : " Ne criez pas, nous dit le père, ces singes vont nous jeter des pierres !" Après mille peines — pas une de moins — nous arrivâmes devant l'entrée de la grotte, on peut bien dire la porte. Avant d'entrer, nos guides nous avalent bien conseillé le silence, "et suivez les flèches !" Nous allumâmes deux lampes à carbure et plusieurs lampes électriques vinrent en renfort, car il fait un noir terrible là-dedans. La visite commença : des gouttes d'eau nous tombaient sur la tête, dans le cou, sans avertir, nos pieds glissaient sur de la boue et nous pataugions dans des flaques d'eau invisibles; parfois, de véritables précipices s'ouvraient soudain devant nous, béants; pendant de la voûte ou sortant des parois gluantes du tunnel, des stalactites et des stalagmites formaient des statues funambulesques. On marcha longtemps. Soudain des cris s'élevèrent, à quoi succéda un beau désordre : la tête de la colonne avait perdu la piste ! — Si on doit y rester un jour ou deux, me souffla Hazi, je crois que cela va aller assez mal ! — Moi, je n'ai pas peur, répondis-je : nous sommes assez nombreux. Ce n'était heureusement qu'une affaire de quelque cinq minutes et la visite continuait tranquille, paisible, sereine, apaisante et... obscure. Deux bâtons de chocolat de prime à qui trouvera le premier la momie ! En fait, conséquence de l'émulation, plusieurs la découvrirent en même temps : elle était là, derrière un grillage qui la protège des indiscrétions : en levant la tête, on aperçoit, vingt mètres plus haut, une grande fenêtre qui laisse passer une lumière étrange. Après une série si impressionnante d'émotions si diverses, ce fut bientôt le moment du retour, sur Ouaghzen. Une séance de cinéma clôtura la journée merveilleuse et tout le monde s'en alla coucher, comme dans la chanson, harassé de fatigue. Le lendemain, la vie normale recommençait. A.N. Bijoutier à Beni-Yenni"

J'ai trouvé ce d
ocument de 1940 qui parle "de la grotte de la momie" : (la grotte du Macchabée), publié en décembre 1949, dans le " bulletin trimestriel de l'association des anciens élèves et des amis de l'école d'Aït Larba" signé par : Ali N. Bijoutier, ancien élève.
La légende de la grotte du Macchabée  
Le Macchabée du Djurdjura  
link 

Commenter cet article

Tabeche 29/03/2016 08:28

Rachid Nekmouche (commentaire) : Monsieur Ali N. Bijoutier à Beni-Yenni qui me vient à l'esprit, Da Ali NEMCHI qui en 1940 devait être bijoutier, élève des Pères Blancs, je pense. Une certitude, il possédait les capacités en langue française pour écrire cet article.

GéLamBre 07/01/2010 21:22


Félicitations aux jeunes qui ont affronté les "génies" de la montagne et à leurs professeurs qui ont organisé cette exploration des entrailles du Djurdjura !


gene 27/11/2009 23:00


j'espère qu'un jour des archéologues pouront y avoir accès. belle légende .bon week end


mohamed Tabèche 27/11/2009 23:19


Nous espérons, merci, bon week end à vous aussi 


gene 27/11/2009 20:49


bonsoir , savez vous l'histoire de la momie et est -elle toujours au même endroit ? bonne soirée


mohamed Tabèche 27/11/2009 22:18



Bonsoir gene,


"La momie" a subi des dégradations importantes, mais le mystère du Macchabée et de son antre demeure entier. Avec les liens que je viens de rajouter, vous en saurez autant que moi. Bonne soirée.