« état de dégradation très avancé du Oued Sebaou »

Publié le par Bel. Adrar

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/13332/?comopen

Par : Bel. Adrar dans El MOUDJAHID du 17 06 2011   

Barrage pol

    L’Oued Sebaou, première source d’alimentation en eau potable de la population de Tizi-Ouzou, est «dans un état de dégradation très avancé», a alerté mercredi dernier, la direction de l’hydraulique de la wilaya de Tizi-Ouzou lors des travaux d’une journée thématique sur le Oued Sébaou et le parc national Djurdjura (PND) organisée par l’Assemblée populaire de wilaya.  


    En effet, dans son point de situation sur l’Oued Sebaou, la DRW a dressé un tableau des plus sombre sur la situation dans laquelle se trouve ce oued qui assurait 80 % des besoins en eau de la population à cause de l’extraction effrénée du sable qu’il a subi depuis plusieurs années et qui continue encore, en dépit de l’interdiction de cette activité par un arrêté du wali de Tizi-Ouzou où il stipulé l’interdiction d’extraction et de transformation de tout venant d’oued et fermeture de toutes les sablières au niveau des oueds de la wilaya et la circulaire du 21 janvier 2010 ministère des ressources en eau rappelant le cadre législatif et réglementaire régissant l’extraction de matériaux alluvionnaires et définissant les modalités d’application des dispositions du décret exécutif n 09-376 du 16 novembre 2009 fixant les conditions d’interdiction d’extraction des mêmes matériaux dans les lits des oueds et tronçons d’oueds présentant un risque de dégradation ainsi que les modalités d’exploitation dans les sites autorisés.  


    Malgré toutes ses décisions d’interdiction d’extraction au niveau de cet oued, des engins continuent toujours à extraire du sable en creusant en profondeur, comme c’est le cas en aval du pont Sidi Naâmane en rive droite du lieu dit Bordj Sebaou, a indiqué la direction de l’hydraulique pour tirer la sonnette d’alarme sur la situation de cet oued qui s’empire de plus en plus. Pour étayer ce constat de poursuite de l’extraction du sable, la DRW a annoncé que les agents de la police des eaux ont dressé durant le début de l’année en cours six procès-verbaux à l’encontre de 11 contrevenants pris en flagrant délit d’extraction.


    Toutefois, la DRW a précisé que la police des eaux ne peut pas lutter efficacement contre la dégradation de l’oued Sebaou, sans l’implication effective des autorités locales et des différentes directions de la wilaya.  L’introduction par les autorités de la wilaya dans tous les cahiers des charges des travaux d’un article interdisant l’utilisation des agrégats provenant des oueds sous peine de poursuites judiciaires n’a pas été aussi dissuasive puisque l’extraction se poursuit toujours. Pour la direction de l’hydraulique, le démarrage effectif de l’exploitation des carrières constitue le seul moyen viable à même d’assurer un approvisionnement régulier et suffisant en matériaux de substitution et de garantir la sauvegarde de l’oued Sébaou et ses affluents.


    Principal cours d’eau de la wilaya de Tizi-Ouzou, l’Oued Sebaou s’étale sur une longueur de 50 kilomètres à l’intérieur des limites de la wilaya avec une largeur de 200 mètres et une profondeur de 15 ml. Il agit en tant que collecteur principal du réseau hydrographique et reçoit de nombreux affluents dont les principaux sont Oued Boubhir, Oued Aissi et Oued Bougdoura. De par sa vocation de réservoir d’eau souterraine, plusieurs champs captants y ont été installés, dont certains sont menacés d’effondrement à cause de l’extraction anarchique et exagérée qui sévit encore au niveau de ce cours d’eau important.                        Bel. Adrar  

 

Publié dans Eau

Commenter cet article