Un hommage à Jédjiga Ath Azzouz

Publié le par Mohamed Tabeche

Par : IAït Mohand.jedjiga-Belhamri.jpg

En cette journée du 8 Mars, ma pensée va vers Jédjiga, cette grande dame au long parcours qui symbolise la femme et un plus comme on dit chez nous. Un précepte du terroir recommande d’épouser, si possible, une femme et son plus, c'est-à-dire que si le plus s’en va à cause d’une maladie, il restera toujours la femme. C’est ce qui est arrivé à Jedjiga qui a su maîtriser sa maladie pour demeurer, malgré tout, la dame et bien plus. En effet, Jedjiga est une exception que la nature a su forger comme il se doit.

 

Je voudrais tant décrire cette dame mais je ne trouve pas les mots qu’il faut et même si c’était le cas, ils ne suffiraient pas à résumer un portrait aussi surprenant et aussi fascinant. Que dire de cette femme kabyle de Beni-Yenni qui a su tracer un trait d’union entre les deux rives de la méditerranée. Pour la paraphraser, elle disait qu’elle était de l’autre côté par le corps et ici par la tête et le cœur. La dame aux multiples qualités, disait aussi que l’amitié est un bijou dont l’écrin est le cœur, une vieille amitié ne craint pas la rouille, errer dans l’espace avec un crayon, c’est être un peu écrivain, la meilleure façon de penser est d’écrire etc.

 

Imprégnée d’une double culture, celle des grand-mères Kabyles et celle des grand-mères Berrichonnes, rien n’a échappé à Jedjiga. Elle incarne à la fois, la Kabylie profonde, sa région natale, la province historique du Berry, son pays d’accueil et, bien entendu, la femme moderne dont le cursus doit servir de modèle pour nos petites filles qui ambitionnent d’aller le plus loin possible.

 

Je n’ai pas eu l’honneur de rencontrer Jedjiga mais j’ai eu le plaisir de la voir chez elle à travers un reportage télévisé. Ce que j’ai vu m’a laissé ébahi, elle, qui a réussi le pari de créer un micro environnement de la lointaine Kabylie dans sa ferme du Berry sans omettre quoi que ce soit, mérite qu’on s’y attarde. Un jour, alors que nos chemins se sont croisés sur cette toile du net, elle m’a fait le privilège d’un échange de messagerie.

 

Depuis quelques temps, Jedjiga est absente du web. Je n’ai pas osé la contacter mais j’ai demandé de ses nouvelles. Elle serait sérieusement malade et en ce moment elle partagerait sa vie entre l’hôpital et la maison. Donc, prions pour elle pour qu’elle retrouve une bonne santé.

 

Publié dans Portraits

Commenter cet article