Journées théâtrales en plein air à Beni-Yenni.

Publié le par Med Tabèche

Par Sadek Aït Salem , dans leSoirdAlerie.com.

L’association culture Azar renoue avec la tradition.

Le village Agouni-Ahmed dans la commune de Beni Yenni, a vécu en l’espace d’une semaine, au rythme du 4e art à l’occasion de la tenue des journées théâtrales amateurs organisées par l’association culturelle locale Azar (racine).

Avec le concours de l’Assemblée populaire communale de Beni Yenni, qui a mis tous les moyens nécessaires pour la réussite de cette manifestation, les membres de l’association Azar ont saisi l’opportunité du mois du Ramadan et de la période estivale pour organiser ces journées théâtrales «durant les soirées et en plein air, afin d’assurer une animation culturelle au public des Ath Yanni et permettre aux familles de profiter de ces soirées et de sortir de la monotonie», nous a fait savoir M. Mehareb Mouloud, président de l’association organisatrice qui a tenu à préciser, au passage, que ces journées théâtrales sont aussi un hommage à feu Metref Nazim, un membre de la troupe théâtrale «Si Lahlou» (adaptation de la pièce théâtrale de «Médecin malgré lui» du défunt Mohand Ouyahia), tué par une balle perdue à Baba El Oued lors d’un accrochage entre la police et un groupe terroriste, le 29 juin 1993. Les organisateurs ne croyaient pas si bien faire puisque la placette du village Agouni-Ahmed, transformée à l’occasion en théâtre de plein air, a connu un engouement sans précédent des amoureux du théâtre qui venaient en famille pour être aux premiers rangs et profiter pleinement des prestations des nombreuses troupes programmées durant cette semaine. Venues de Larbaâ Nath Irathen, Aïn Zaouia, Mechtras, Ouacifs, Iferhounene et Tizi Ouzou (théâtre régional), les troupes du théâtre d’amateur se sont relayées sur la scène pour présenter des pièces qui ont subjugué le public et qui ont traité des thèmes socio-économiques et culturels que vit la société en général et la jeunesse en particulier. La soirée de clôture de ces journées théâtrales s’est déroulée en fin de semaine dernière et a été marquée par un gala artistique animé par des chanteurs locaux des Ath Yanni qui ont fait chanter et danser leur public jusqu’à une heure tardive de la nuit. Pour les organisateurs de cette manifestation, l’objectif recherché, en plus de l’animation de la vie culturelle de la localité, c’est de ressusciter le festival du théâtre amateur de Beni Yenni qu’organisait traditionnellement l’association Azar mais qui a malheureusement cessé depuis notamment la disparition de M. Mechouet Abderrahmane, le secrétaire général de l’association, et avec lui la mise en veille des activités de l’association. «Avec l’actuel bureau, nous espérons arriver, grâce au soutien et la contribution de l’APC de Beni Yenni, à renouer avec le traditionnel festival du théâtre pour la mémoire de Nazim Metref et Abderrahmane Mechouet», nous dira encore le président de l’association Azar. Signalons également qu’à l’occasion de ces journées théâtrales, les organisateurs ont rendu un hommage à Nna Fetta, la doyenne des Ath Yanni qui, de ses 102 ans et avec toute sa lucidité d’esprit, continue à participer à la vie des siens avec ses histoires et sa sagesse, comme pour dire à sa descendance que «la vie vaut tous les sacrifices mais rien ne vaut la vie».

                                                                                                                          Sadek Aït Salem            

 

Fetta-Metref-Tanem.JPG
Fetta Metref née Tanem "Na Fetta At Lhadj"                  Photo Mohamed Tabèche. Mars 2011

Publié dans Art culture tradition

Commenter cet article