Le nom d’une chercheuse algérienne donné à un champignon

Publié le par Med Tabèche

El Watan 03 06 2011 .Par Slim Sadki

radia djelloul

                            Radia DJELLOUL.

Clitopilus djellouliae,  un petit champignon d’à peine quelques centimètres, a été trouvé un peu par hasard sous des cèdres, dans l’herbe du parc du Casino de Vernet- les-Bains (Pyrénées-Orientales, France) lors d’un congrès de mycologie en 2002.

Les mycologues participant à cette rencontre devaient, en effet, chaque après-midi, ramasser des champignons pour ensuite faire l’exercice de les identifier. Radia Djelloul, maître assistante au centre universitaire d’El Tarf, aujourd’hui directrice du département de biologie, ne se doute pas encore que le minuscule champignon qu’elle a rapporté un après-midi va un jour porter son nom. En effet, on ne pourra identifier le clitopile qu’elle présente. C’est un inconnu. Les investigations vont devoir faire appel à des mycologues de plusieurs pays.

Les Italiens, plus spécialisés sur ce genre, ne le connaissent pas non plus. Le verdict tombe après plusieurs années d’investigations : c’est une nouvelle espèce ! Il faudra en tout près de 10 ans de recherches pour l’identification, de consultations de mycologues, de descriptions précises, de commissions diverses pour qu’enfin, on puisse  donner un nom à l’espèce. Celui de la personne qui l’a trouvé : Djelloul.
Radia Djelloul est l’un des rares mycologues algériens. Ils seraient une demi-douzaine pour tout le pays. Infiniment moins que nos voisins tunisiens et marocains. Radia D. travaille sur la cartographie des champignons du Parc national d’El Kala, où on a déjà identifié 120 espèces de manière certaine. Un gros travail reste à faire, car il ne se passe pas un jour sans que l’on découvre un nouveau champignon.

Slim Sadki

Clitopilus djellouliae

                                             Radia Djelloul

Publié dans Faune et flore

Commenter cet article