Le singe magot à la Chiffa

Publié le par mohamed Tabèche

Singe-Chiffa.jpgSur la route sinueuse qui surplombe en parallèle l'oued Chiffa, on aperçoit des rails et des tunnels d'une voie ferrée pittoresque, qui représente le premier chemin de fer d’Algérie. La ligne Alger Blida a été inaugurée en 1862, c'est seulement en 1920 qu'on a fini de traverser et de percer les mamelons des gorges de la Chiffa, pour rejoindre Djelfa.


En passant en voiture par cette route, les voyageurs ne peuvent pas s'empêcher de s'arrêter pour diverses raisons : se désaltérer d"eau de source, pour le plaisir des yeux, prendre des photos, admirer le paysage et les signes.

À propos de singe, j'ai encore une histoire à vous raconter. Dans son livre " L'hiver à Alger " 1864, Charles Desprez nous conte les mésaventures d'un Polonais qui avait fui sa patrie tombée sous le joug des Prussiens, s'était engagé dans la Légion étrangère qui participe à la conquête de l'Algérie, puis avait déserté et gagné la montagne où il vivait, vêtu comme les habitants du pays, sous le nom de Mohammed. 
 
"Une nuit, surpris par une tempête, il se réfugia dans une grotte, mais le jour venu, quand il voulut sortir, la neige qui obstruait l'entrée de la caverne l'en empêcha. Jetant les yeux autour de lui, il aperçut une bande de singes qui l'observaient. Mohammed grelottait. Il ramassa des branches mortes et alluma un grand feu. La vue de la flamme effraya d'abord les singes qui s'enfuirent au fond de la grotte, mais peu à peu ceux-ci revinrent et s'assirent en cercle autour du foyer 
 
Malheureusement, la chaleur ne remplit pas l'estomac et Mohammed sentait la faim le tenailler. Soudain, un singe se lève, sort de la caverne, puis reparaît les bras chargés de figues, de noix, de glands doux. Tous les singes, alors, de tendre la main pour recevoir leur pitance. Mohammed tendit la sienne et reçut sa part. Il chauffait ses compagnons, eux le nourrissaient ! Dans l'intervalle des repas, il jouait avec les plus jeunes. Puis, un matin, la neige s'étant fondue, les singes quittèrent la caverne et leur hôte dut faire comme eux. " J'ai, assurait-il plus tard, vécu là quinze jours parmi les meilleurs de ma vie ". 

 

Publié dans Magot (Le singe)

Commenter cet article

gene 14/11/2009 21:51


bonjour ,
il y a bien longtemps que vous n'avez pas publié , contente de retrouver vos articles . très jolie histoire . bonne soirée


mohamed Tabèche 27/11/2009 22:26



Bonsoir gene,


Il m'arrive des fois, de vouloir changer de crémerie ou carrément de décrocher. Merci de me suivre. A+