Secouristes en herbe.

Publié le par Mohamed Tabèche

 Depuis quelque temps, je me suis remis timidement et prudemment à fréquenter la montagne, lieu que j'ai abandonné, depuis plus de quinze ans. Mes derniers enfants donc, ne connaissent pas le Djurdjura, une petite sortie en véhicule, est un moyen de leur faire découvrir ces endroits magnifiques et pour moi, de les revoir.

Au petit matin, à quelques encablures de Tizi n'Koulal, non loin du refuge Tabbourt Tamellalt, à mille six cents mètres d'altitude, une vache du Djurdjura vient de mettre bas un petit veau noir. Au dessus d' Adrar Timesouine, dans un ciel bleu azur, nous remarquons une formation de vautours, qui tournoyent puis plongent en contre bas de la route à proximité d'un troupeau de vaches nonchalantes, qui continuent de paître paisiblement ainsi que les veaux mutines. Les charognards, en nombre étonnement important, se disputent vigoureusement un festin, que je pense est le placenta d'une mise à bas, tandis que plus en amont, au bassin du refuge, le nouveau-né est en train de se noyer. On ne sait pas par quel malheureux hasard la pauvre bête se retrouve là, la soiffe d'une nuit d'été mouvementée, mais il faut faire quelque chose, tès vite ou la bête va se noyer! Ghiles et Sofiane décident, après mon accord, d'aller lui porter secours, çe n'est pas  facile pour des enfants de treize ans, d'autant plus que beaucoup de gamins de cette génération, par méconnaissance, ne savent pas que le veau, ça ne mord pas, que les vaches donnent du lait et que le dit lait, ne provient pas des usines et des superettes. D'une manière générale les gamins se sont conduits comme des chefs. Jugez en vous-même par cette petite vidéo. 

J'espère, que ça sera un bon souvenir pour eux, quand ils deviendront adultes et continueront de faire de bonnes actions !

                                                                Mohamed Tabèche, le 18 08 2009  

Publié dans Secours en montagne

Commenter cet article