Taourirt-El-Hadjadj = Taxavit partie 1

Publié le par Med Tabèche

Introduction

En matière de recherche sur les At Yanni = Beni-Yenni et ses villages, certain ont encore en mémoire les fouilles sur le terrain de Maitre M’hedine Djender. Avec ses propres moyens, il avait entrepris des recherches archéologiques en amateur dans les années soixante-dix, pour enrichir l’histoire de la région. Il a également rassemblé une collection d’objets anciens, probablement pour en faire un musée. Un travail inachevé, qui avait le mérite d’être entrepris. Nous lui souhaitons la paix sereine dans son repos éternel. Il y en a d’autres, qui ont écrits, certains continuent encore de le faire pour tenter de nous apprendre un peu plus sur la région. De ces initiatives individuelles et isolées, peu ont été éditées, pour les autres, il y a comme une hésitation à le faire, l’histoire étant un sujet sensible, on comprend quelque peu cette prudence. Il y a des documents plus ou moins crédibles, écrits pendant la colonisation, par les forces coloniales, dont certains sont disponibles sur internet, d’où on peut toujours tirer, directement ou indirectement, des informations utiles. Bien entendu, les plus prestigieux sont les travaux de Amar U Said Boulifa, Mouloud Mammeri, … leurs observations participantes, leur a données des avantages importants par rapport aux nombreux chercheurs étrangers.  La véracité  des allégations est vérifiable a de petites échelles, sans avoir fait des études supérieures: quand on lit par exemple « Le Kabyle achète sa femme… » !

Nous proposons ces petites notes, qui sont les résultats de recherches sommaires et de recueil de témoignages de ceux, qui ont plus ou moins conservé une partie de la mémoire collective. Ce qui jadis se transmettait verbalement sous forme de contes “Timuccuha“, que les vieux racontaient à leurs progénitures, les soirs d’hiver autour du feu. Nous prenons le risque de livrer ici ces bribes de données, sur “Taxavit“= Taourirt El Hadjadj, village, qui n’a raté aucune bataille, souvent même au centre des conflits. Au fur et à mesure que nous avançons dans cette recherche le sujet prend du volume, par la richesse du contenu, puisque il est étroitement lié à l’histoire de la région, de la Kabylie, de l’Algérie et même des Berbères d’une manière générale. Si on peut nommer ça “l’histoire“, celle de ce petit village est réputée célèbre et tumultueuse en tout temps, pour être souvent citée. Il y avait eu certainement beaucoup d’évènements, qui ont marqués son passé, mais nous nous contenterons de citer, que ceux dans l’écho nous est parvenu et qui nous paraissent plausibles et crédibles, comme :

-La guerre de sécession des villages de “Larch Ou Belkacem“ milieu du XVIII siècle (1750) ;

-La bataille d’Icheridhen en 1857 ;

-La dernière Bataille du 27 et 28 juin 1857 au village ;  

-L’insurrection 1871 ;

Puis les autres guerres : 1914-1918 ; 1939-1945 ; 1945-1954 (Indochine) ; 1954-1962 ; etc.

Nous raconterons brièvement aussi la vie au village, celle que notre génération a vécue, nous commencerons ainsi à créer un recueil de la mémoire collective du village, dont les chapitres restent ouverts.     

C’est une approche d’amateur, avec toutes les marges d’erreurs que cette position autorise, qui, nous espérons, insistera aux recherches scientifiques plus profondes.   

 

TAXAVIT ‘Thakhavith ),
C’est l’un des sept villages d’Ath Yenni, d’où tient t il ce nom? Replongeons nous pour quelques instants dans la Kabylie des siècles derniers
.
Sur le chemin de ce village, il existe un endroit qui s’appelle Aqermoudh (tuiles ), c’était une carrière d’argile. A l’époque, les habitants de ce village, fabriquaient des tuiles et d’autres objets en argile, utiles à la vie courante, comme les poteries.

Thachvalits n zith, appelée aussi thakhavith est l’une de ces poteries. Elle était tellement bien faite, belle, agréable à regarder et surtout utile à la conservation d’huile. Elle est devenue la marque de fabrique du village. Un spécimen que toute la région voulait posséder pour conserver l’huile dont la qualité gustative ne s’altérait pas avec le temps, une fois mise dans cette jarre. Le village a fini par prendre son nom, Taxavit (thakhavith)

Youcef Oukaci, poète et barde des siècles passés, vers 1700, en route vers Ath YenniI, avec son ami Belkacem , composa ce poème où il fait allusion aux tuiles ou la carrière d'argile des Ath Yenni.

Nek d’Ath Yani grant sseqar 
Nithni inou, vanegh n sen
Nek machi dha heqar
Nithni snen achou Id tsaken
Ath lqermoudh awk inou
Ath sdhah n Velkacem

Taourirt-El-Hadjadj = Taxavit partie 1
Taourirt-El-Hadjadj = Taxavit partie 1
Taourirt-El-Hadjadj = Taxavit partie 1 Taourirt-El-Hadjadj = Taxavit partie 1
Taourirt-El-Hadjadj = Taxavit partie 1 Taourirt-El-Hadjadj = Taxavit partie 1

Publié dans Taxavit

Commenter cet article