Lac Agoulmime ou "Tamda u Gulmim"'

Publié le par mohamed Tabèche

 

Parmi les endroits qui méritent d’être visité au Djurdjura il y a, la grotte du Macchabée, la forêt d’Ait Ouabane et de Tikjda, la dépression d’Aswel, le mont Lalla Khedidja et d’autres encore, mais le plus pittoresque est sans doute « Tamda u gelmim » ou le lac Goulmime, un lac d'altitude perché à 1700 mètres. Depuis déjà très longtemps que je me prépare et tente de composer une équipe pour y retourné quarante ans après. Avec le temps, elle s’est décomposée à plusieurs reprises, finalement nous avons monté un groupe hétéroclite : deux enfants, une jeune fille et dix autres personnes d’âges différents l’a  compose, qui pour la plus part c’est le baptême pour la randonnée en montagne.

lac agoulmime Ghani Z 05 03 e-copie-1Selon les gens d'Aït Djemaa, Aït Bouadou, la durée de la marche pour arriver à «Tamda u Gelmim» est de  une heure trente environ, pour de bons marcheurs, ou de deux heures pour les marcheurs moyens. De sympathiques cavaliers de la région nous ont accompagné, et ont fait profité les citadins de leurs montures qui se sont donnés à cœur joie d’enfourcher des chevaux et un âne en montagne. Tout au long de l’ascension, les jeunes, tels des caprins mutines batifolent sans cesse avec caméras et appareils photos. Pour avaler nos casse-croûtes et les quatre kilomètres environ qui nous séparent de notre destination, on a mis plus de quatre heures. Au moment où on a fait connaissance du célèbre lac et de sa mignonne petite rainette, un déluge de pluie glacée et de grêle s’abat sur nous. Alors que nous sommes trempé jusqu’aux os, le froid et le brouillard sèment une petite panique chez les jeunes, qui dévalent la pente en rangs dispersés sans trop réfléchir. Dernier à quitter les lieux, je me disais que c’est dommage de ne pas utiliser les choses qu’on a transporté et qui peuvent rendre la situation plus facile et même agréable, à savoir : la tente, les couvertures de survie et le canoë gonflable. Pendant un court instant de solitude dans cette plaine en furie, j’ai cru percevoir des appels venants du fond, de l’autre coté du lac. Deux heures après, sur le chemin du retour, quatre randonneurs nous ont rejoint et nous ont affirmé qu’ils étaient aussi au lac au moment de l’orage, qu’eux ont pris la sage décision de s’abriter dans une grotte jusqu’à l’accalmie. Tous comptes faits pour ma part, je pense que nous avons eu de la chance d’avoir cet orage qui a rajouté des difficultés et a transformé la balade en aventure pour que le souvenir reste indélébile dans la mémoire de chacun.

      Photo Ghani Z.

 

les photos 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Djurdjura

Commenter cet article

kacibé 17/09/2010 19:51


C'est un endroit magnifique que j'aimerai découvrir. Je suis allé jusqu'à Tikjda, mais je n'ai pas vu ce lac. Est-ce l'assawel?


mohamed Tabèche 18/09/2010 11:43



non de l'autre côté à l'Ouest.


 



gene 28/05/2010 22:33


quel superbe endroit où j'aimerai bien aller faire une randonnée . vous habitez une très belle région . bonne soirée